S'il est un petit resto où l'on va volontiers après une belle après midi de shopping ou quand on sort tard du bureau et que l'envie de se mettre aux fourneaux n'est pas là, et oui ça arrive !, c'est bien celui-ci : la Vince'Stub.

Tout petit - 16 couverts, dans une petite rue de la Petite France – petite rue des Dentelles, avec une petite carte de cuisine de marché sur le tableau noir.

Un décors neutre dans les tons beige-marron, une intimité naturelle qui s'exerce grâce à Fonne qui vous sert avec son sourire et son accent asiatique. Vincent sort de sa cuisine pour accueillir les habitués et les copains et que l'on entend œuvrer par l'ouverture peu avenante entre cagettes et cartons apparents. Peu importe, point tant de chichi, on se sent presque chez soi !

Sur l'ardoise du soir, les traditions alsaciennes côtoient quelques originalités. Dans les entrées : pot de rillettes de lapin ou soupe de potiron, dans les plats un mille-feuilles de saumon mariné à l'aneth et galettes de pommes de terre ou un onglet de veau au foie gras de canard et pleurotes ou encore un Mont-d'or chaud, pommes de terre et saucisse de Morteau. Et dans les desserts : une charlotte au chocolat (promis, je l'essaye la prochaine fois !) ou un siess kass.

Nous avons goûté : - le carpaccio de bœuf taillé épais avec des copeaux de Comté et un cornet de larges frites. Une idée sympathique car ainsi on a de la structure en bouche et le goût de ce que l'on mâche. Le cornet de frites est ludique et l'assiette avec sa salade est généreuse. Petit détail tout à fait personnel, je préfère le parmesan pour la consistance car il garde un côté cassant et friable en bouche alors que le Comté fait un peu ramollo. - Les quenelles de fromage blanc avec du lard paysan grillé, salades et croutons. L'assiette avec sa carambole, ses petites tomates et carottes est joliment colorée. Les quenelles sont moelleuses et bien assaisonnées.

Comme dessert nous avons pris : le tiramisu aux cerises amarena sur lesquelles le chocolat ressort bien. C'est rond et doux à souhait. La panna cotta à la compote de quetsche est servie dans un verre de cuisine. Visiblement la compote est faite maison, il reste encore de pas mal de morceaux de badiane et de cannelle... on ne dira rien parce qu'elle est si bonne que je n'ai rien laissé !!

Voilà une adresse étonnant, ouverte depuis l'été 2009, avec un agréable rapport qualité-prix.
Par contre, ne pensez pas y aller pour la carte des vins, vous serez très déçus ... elle est totalement massacrée.

PS aux chefs qui servent des salades dans l'assiette : la bienséance veut que l'on ne coupe pas sa salade. Alors quand elle est coincée entre la viande et les légumes dans une assiette de taille contrainte, l'exercice de pliage devient vite périlleux... merci chef de penser à ceux qui aimeraient la manger en la coupant préalablement en plus petits morceaux !!

Vince'Stub – 10 petite rue des Dentelles – Strasbourg
Ordre de prix : entrées 5-6€, plat 13-17€, dessert 5€