Une petite rue qui porte bien son nom "klein", un peu à l'écart de l'hyper centre. Une petite salle qui doit faire une bonne vingtaine de couverts, dans les tons wengé foncé et beige clair avec une atmosphère feutrée. Vous voilà entré au Gavroche. L'accueil est chaleureux, la poignée de main de rigueur, puis le service se fait discret et efficace.

Le tête-à-tête anniversaire est un peu incongru en ce déjeuner de milieu de semaine, loin de la conception du diner aux chandelles mais qu'à cela ne tienne nous sommes heureux de faire une parenthèse dans notre journée de travail !

Je ne sais pas d'où vient le nom du restaurant mais ce qui est certain c'est que Benoit Fuchs, s'il n'en fait joyeusement qu'à sa tête pour ce qui est de la créativité et de l'originalité dans l'association des produits, n'a rien du Titi parisien à la tête moineau, rebelle et insouciant ! Non, il s'agit d'une adresse très posée et d’une cuisine bien réfléchie.

Nous avons goûté, en amuse-bouches : potage Parmentier avec chips de chorizo, classique, gambas à la plancha et coulis de roquette, un doux amer très subtil. En entrées : cassolette de St jacques, bien charnues, aux morilles fraîches et accompagnées d’une poêlée de laitues, un accompagnement peu banal – foie gras de canard au sésame, très croustillant sous la dent, avec des radis au vinaigre, une association très osée. En plats : dos d’espadon en croûte  d’estragon, à la cuisson parfaite, avec des asperges d’alsace et une sauce à la truffe – magret de canard au poivre noir avec une purée à la moutarde de Meaux, originale et excellente, et carottes des sables. En desserts : douceur café caramel avec sorbet au caramel, moi qui n’aime pas le café, j’y ai trouvé une rondeur qui tapisse la bouche pour faire durer le plaisir – gâteau truffé au chocolat noir, classique, avec un milk-shake passion bien mousseux, une très belle association.

D’autres choses très gourmandes à la carte comme un foie gras poêlé enrobé d’amandes grillées avec un chutney de figue sur lit de roquette ou un filet de bœuf en sautoir avec légumes de saison et tartine de moelle. Le seul bémol est la présence de thon rouge… là, je pense que les restaurateurs doivent aussi prendre leur responsabilité est veiller à préserver les fonds marins…

En conclusion quelques mariages osés mais très réussis, de beaux produits parfaitement maîtrisés. Ma seule critique, qui n’engage que moi parce que je n’en suis pas fana, est l’omniprésence de la fleur de sel qui laisse toujours ce croquant salin sous la dent pas toujours le bienvenu.

Le Gavroche - 4, Rue Klein Strasbourg - Tel : 03 88 36 82 89 -
Entrées : 18-25€, plats 28-33€, desserts 12€, menus 3 assiettes 38€, 4 assiettes 46€