Mon ami me dit : "ce soir je te fais découvrir la cantine de mon collègue". Un bon point de départ, l'adresse mérite le bouche à oreille. Et bien je vous le dis tout de go, je suis ravie de propager la rumeur...

C'est dans une maison à colombages oubliée au milieu de bâtiments années 70, que la rôtisserie vous accueille chaleureusement avec son feu de cheminée en son centre. Ce soir là, en salle, deux serveurs au style différent :
- version femme, toute jeune dans la maison visiblement. Elle fait lecture de l'ardoise du jour dans un style un peu vieille France, réservée mais toujours attentionnée ;
- version homme bien plus exubérant. Il vous fait saliver à la présentation de chaque plat, si fait que le choix en devient presque cornélien. Choisir n'est-ce pas aussi renoncer...

L'ardoise est grande, et même sur roulette, avec un beau choix d'entrées parmi lesquelles nous avons opté pour une assiette "Frivolité de Catzele", soit une grande assiette de dégustation de 9 petites choses telles : - une mousse de basilic, bien fraîche, - un flan de tomate avec une rondelle de chèvre et tomate confite, une association très classique mais qui fonctionne très bien, - une crème brûlée au fois gras, très bonne l'amertume du foie cachée sous la croûte de sucre, - tranche de foie gras sur pain d'épices bien épais et moelleux, très bon, - des lentilles du Puy avec une espuma à l'huile de sésame et sésame grillé, très très bon, - un filet de rouget sur lit de carottes - un velouté de cèpes, - du magret de canard fumé sur lit de céleri.

Les plats se déclinent autour du boeufs (onglet, T-bone, filet, ...), avec en plus un pluma de pata negra servi avec un coulis de poivron et piment d'Espelette et de rognons et ris de veau. Le tartare façon provençale, coupé au couteau, est servi en quantité suffisante mais pas assez relevé à mon goût. Le tournedos Rossini est une belle pièce de boeuf fondante avec sa tranche de foie gras poelé. La cuisson est maîtrisée avec ce petit goût de grill que j'aime bien. C'est servi avec des petits légumes encore très croquants et des pommes sautées. La prochaine fois, je réserve pour un T-bone !

La carte des desserts sonne joyeusement : voyage autour du chocolat, souvenirs d'enfance... Nous avons choisi "orgasme", ni plus ni moins qu'un café liégeois revisité avec du Bailey's et une assiette "inspiration gourmande" sur laquelle était présentée, - une verrine gelée de curaçao / mousse à la vanille / crème de coquelicot, - une crème brûlée à la fève de tonka (extra !), - un muffin aux smarties, - un smoothy de mangue.

Viiblement baucoup d'habitués qui viennent se payer une bonne tranche de boeuf. Une cuisine généreuse.

Hacienda - Rue de la Tour à Koenigshoffen - entrées 6 à 14 € - plats 14 à 20 € - desserts 4 à 8 €
des prix plus que raisonnables !