Offenburg, 30 km de Strasbourg en Allemagne. Dans une petite rue du centre ville se cache  Oleofactum, un presseur d’huiles qui allie recherche gustative, bienfaits ET partage de connaissances car, « il ne peut y avoir de commerce sans savoir », dit-il.

Walter Bitzer, quinquagénaire passionné d’huiles, s’est attelé depuis les années 70 à rassembler tout ce qu’il faut savoir sur le domaine – les produits de base, le procédé d’extraction et les capacités de conservation, les goûts et les bienfaits - et c’est en 2006 qu ‘il ouvre boutique. Tous les produits de base sont issus de l’agriculture bio et sélectionnés pour leur qualité gustative, les graines et noyaux sont pressés nature et embouteillés sans conservateur.

Ce dîner a été l’occasion de rencontrer nos collègues slow foodiens de Freiburg.

La dégustation nous a permis tout d’abord de comparer la même salade de carotte et pomme avec de l’huile de noix / de noisette / d’amande amère. J’ai particulièrement aimé la délicatesse et la douceur de la noisette.

Puis 3 bouillons de légumes à l’huile de chanvre / tournesol / courge. C’est la couleur très chlorophylle du chanvre qui m’a impressionnée !

Assiette de légumes : brocoli à l’huile de noisette, carottes à l’huile de sésame, chou-rave à l’huile de tournesol, betterave et huile d’amande amère. J’ai pu noter que son huile de sésame joue plus dans la subtilité que celle que l’on pourrait trouver dans les épiceries asiatiques.

Variation de pommes de terre au fromage blanc et huile de lin, au saumon fumé et huile de moutarde, purée aux petits oignons frits dans l’huile de coco.

Interdite à la vente en France car elle s’altère très rapidement, l’huile de lin en plus de son goût sympathique, elle a des propriétés très énergisantes. J’ai adoré l’huile de moutarde pour sa puissance aromatique et son côté pimenté. J’ai été bluffée par l’huile de noix de coco qui donne un petit goût plus intéressant à mon avis que le lait de coco. Il va falloir que je réessaye ça !!

En dessert, fromage blanc au chocolat et huile de noyau d’abricot / glace à la vanille et huile de noisette / yaourt à l’huile de courge. C’est certainement ce dernier que j’ai préféré tant l’association était délicate et suave en bouche.

Les grands principes que j’ai retenus de cette soirée : quelle que soit l’huile elle ne se conserve pas plus de 12 semaines car, en moins de 5 jours elle aura perdu de sa texture, en 2 semaines ses acides aminés, en 4 semaines son goût et rapidement derrière ses propriétés bénéfiques pour l’organisme. L’intérêt d’aller chez lui, il vend des fioles de 10 cl !