On va chez Kalt pour sa gentillesse, son accueil, sa capacité à se mettre en quatre pour fêter les anniversaires de la Grand Mère. On le choisit parce qu'il n'y a jamais de faute de goût et tout le monde ressort rassasié. Et là, aujourd'hui, je lui ferai le reproche, si toutefois cela peut en être un, de trop gaver ses clients ; on sort de table en se jurant de se mettre à la diète pour au moins trois jours, tant la sous-ventrière va exploser !!

Nous avons gardé le souvenir ému de notre première visite dans cette maison, il y a plus de 10 ans, lorsque nous avions pris le menu dégustation, 13 plats ... du foie gras à la tarte fine aux pommes et au caramel, en 3e dessert, si fine et si croustillante que l'estomac savait encore lui trouver une petite place ! Les années passent et ...

Ce midi : en amuse-bouche, une verrine de pied de porc en gelée, on commence par du lourd !
Puis, menu de la mer : - Terrine chaude de coraux de St Jacques, sauce homardine. C'est onctueux, ça fond en bouche, avec une sauce à base de fond de poisson un peu d'estragon et, totalement inutile, du riz. - Filet d'empereur aux lentilles et foie gras de canard poêlé. Je dois dire que c'est peut être le plat qui a le plus retenu mon attention pour son alliance poisson / volaille, le crémé de la sauce mais j'aurais bien ajouté une petite touche de perlinpinpin pour lui donner un peu plus de peps... - trou normand avec un sorbet au beaujolais nouveau, très intéressant où on retrouvait bien tout le fruit et l'acidité de ce vin - Meli mélo de noix de St Jacques et de barbue aux deux céleris. Produits de qualité, cuisinés proprement mais là encore ... - dessert, mousse au chocolat et fruits rouges, sorbet chocolat et moelleux. Tout pareil, les produits sont bons en soit mais sans vraiment de magie.

Par ailleurs, les autres ont mangés : - salade tiède au lapereau et foie gras poêlé ou - salade gourmande avec foie gras, canard, noix de St Jacques, rien qu'avec l'entrée on a déjà assez mangé ! - Médaillons de ris de veau au gewurtztraminer, cuisson maîtrisée, produit goûteux, servi copieusement - pièce de boeuf à l'émincé d'échalotes, copieux, viande de qualité, sauce au vin - Coupe de sorbet aux coings, généreuse mais sans grand intérêt tant les coings même rôtis étaient peu mis en valeur.

Je ne dirais pas que j'ai été déçu car les assiettes de chez Kalt sont à l'image du chef Jean Victor, généreuses. Mais, force est de constater qu'il manque un brin de fantaisie pour renouveler cette trop pure tradition de la gastronomie française comme on se l'imaginait du temps des Oliver et autres Bocuse père.

La carte des vins est riche, variée avec des millésimes intéressants. Nous avons bu un Pinot Gris Fondation 2000 de chez Josmeyer, très rond et parfait avec notre poisson puis un Volnay clos des chêne 1er cru 97 de chez Delagrange, un peu trop léger pour aller avec les pièces de boeuf.

Jean VIctor Kalt à Erstein. Menu de la mer 46€ - les entrées de 16 à 20€ - les plats de 20 à 30€ - les desserts 10€