Découvert aux Jeudis de la Gastronomie, Gérard Dehaye, semblait un chef bien audacieux de commencer une nouvelle vie, si différente, après 50 ans ! Aussi, j'ai décidé de partager cette surprise avec mon ami. Direction Elisabeth
Le beau temps de la partie nous a permis de prendre d'apéritif au jardin, avec pour seule animation le chant des oiseaux et la douceur du soleil. Voilà qui nous change bien du bruit de la ville.
Le dîner a été une succession de surprises :
- amuse bouche : soupe de melon et de betterave. Outre le fait que ce ne soit pas vraiment la saison du melon, nous avons apprécié la dissociation des goûts : d'abord la fraîcheur du melon puis en note finale le côté terreux des betteraves.
- foie gras en costume de carnaval. C'est ainsi que l'on pourrait appeler cette entrée tant elle était ludique, présentée sur une assiette en miroir avec des confettis de poivrons de toutes les couleurs. Très intense les poivrons ... pas de la meilleure alliance avec le foie gras, quelque peu fade à côté, mais tellement gai.
- gambas à la plancha avec une petite sauce au gingembre et aux herbes. Autant le gingembre est présent et frais en bouche, autant les herbes sont quasi insignifiantes.
- Escargots en trois façons. Une manière bien originale de déguster des escargots en mini ramequins : d'abord en sauce meurette (excellent, c'est sûr je copierai !), puis en sauce au raifort très crémé (très bel équilibre) et enfin plus classique au beurre persillé (c'est presque dommage de retomber dans la tradition !)
- Veau de lait en croûte d'herbes avec un risotto aux champignons. Rien à redire, les produits sont de super qualité. En déco sur l'assiette jolies touches de concentré de poivrons. J'ai beaucoup apprécié d'avoir la sauce servie dans un petit pot séparé... cela évite les ploutch, quand on ne sait pas bien manger !!
- en avant dessert : émulsion de poivron (encore) certainement miellée en gobelet et des lentilles au gingembre et badiane, très sucrées (peut être un peu trop). Comme ça je veux bien manger des lentilles (avis à ceux qui ont des enfants !!)
- moelleux au chocolat avec son coeur coulant à l'orange et au cointreau ... je n'aurais qu'un mot huuummm. Servi avec un sorbet mandarine.
Les vins venaient de la maison Kirrmann à Rosheim. Si le Pinot noir était intéressant, le Riesling était un peu raide surtout sur le foie gras.

Nous avons apprécié le service efficace, quoique un peu rapide ... Madame très attentionnée, Monsieur sortant toutes les 1/2 heures pour capter les avis de la salle : curieux, fébrile ou un tantinet fier de lui ??

Nous avons choisi de passer la nuit sur place, dans l'hotel 2*, propre et sans prétention. Et en voyant le soleil inonder notre chambre au réveil, nous nous réjouissions de prendre le petit déjeuner en compagnie des oiseaux sur la terrasse. Mais visiblement madame Dehaye n'est pas du matin et monsieur, débordé, n'a pas voulu perdre son temps à nous faire plaisir ... pas slow du tout. Dommage !