Chocolate aholic, j'ai couru les ateliers dédiés. D'abord chez Daniel Rebert à Wissembourg. Passionné et simple, c'est un véritable plaisir de suivre ses explications, de mettre la main à la pâte et apprendre la base : ganache, truffes et autres crèmes.

Quelques conférences sur le chocolat par Christophe Meyer, là il faut du temps devant soit car il est bavard, cet autre passionné de fèves et autres cabosses de crus de cacaohiers. Rien qu'à l'écouter on a l'acidité et le piment en bouche ! Des notions indispensables lorsqu'il s'agit de choisir sa matière première. Evidemment, les professionnels ont accès à d'autres produits, mais tout de même c'est une excellente initiation au goût.

Puis j'ai complété avec des démonstrations chez Thierry Mulhaupt. Évidemment dans son laboratoire tout parait simple et accessible ... alors j'ai acheté une trempeuse à chocolat, quelques moules ... et me voilà lancée. Sauf que passer de l'atelier à sa cuisine de 6m², les choses se compliquent sérieusement.

Pour la ganache, no problem, j'ai expérimenté différentes associations d'épices, d'herbes et de thé. Au pire la recette est mal équilibrée et ce n'est pas super bon. On sait qu'il faut revoir les proportions !

Par contre l'enrobage, c'est une autre histoire ! Il est difficile d'avoir du beau, du brillant et de l'homogène. Globalement avec les moules ça va bien, quoique je n'ai pas encore le coup de main pour la fermeture hermétique, mais avec la pratique cela viendra. Par contre, pour ce qui est des boules trempées, le chocolat blanchit encore. Si vous avez la solution infaillible pour éviter cela, n'hésitez pas à commenter.

Promis, à la prochaine fournée je ferai des photos et vous livrerai quelques créations.